photo prise à Port Blanc (golfe du Morbihan)

Albatros 4,30

easy and fun sailing

10/10/14

Voilier à deux places de 4,30 m, léger, à dérive lestée, destiné aux familles, aux jeunes dans le but suivant :

Aller facilement en mer en sécurité
Aller vite sur un voilier stable, solide

Avec les nouveaux matériaux, les nouvelles mises en œuvre, les nouvelles idées qui en découlent, les nouveaux moyens de calcul, l’Albatros offre un nouveau type de voilier pour redynamiser le yachting léger dans les pays de yachting traditionnel, et développer la voile dans les pays émergeants
.


longueur de la coque 4,30 m
largeur 1,95 m
poids de la coque 72 Kg
lest/dérive 34 Kg
Poids total 125 Kg
charge maxi 240Kg
déplacement 180 à 360 Kg
GV 10,20 m²
Foc 4,40 m²
genaker 17m²

- rapide,
- très stable par sa forme et par son poids,
- léger, confortable,
- insubmersible,
- auto videur,
- autoredressable, difficilement chavirable, 
- mât carbone

Historique

Après plusieurs années de réflexion avec les utilisateurs, nous avons réalisé un prototype (ayant le poids du bateau définitif) construit par ACS (Aero-Composite-Saintonge).
Le bateau navigue depuis 3 ans.
Les qualités du bateau correspondent à nos attentes :
Il est tolérant, rapide, monte en survitesse (planing) dès force 2 au largue  et, si le vent et la mer le permettent, au près, il plane.
Il plane gîté  (7-10°). C’est d’ailleurs sa gîte la plus efficace : peu de surface mouillée, puissance maximum.

Coque

Une carène large et plate, en U, qui peut naviguer vite .


images Jérémie Raymond



Héritière de 50 ans de yachting moderne, la carène de l’Albatros allie les caractéristiques du catamaran et du monocoque.

Très large, la coque est conçue pour marcher avec un léger angle de gîte, offrant alors une carène fine et une surface mouillée réduite.
La dérive lestée (34 kg) s’oriente automatiquement  pour suivre l’axe de la nouvelle carène, réduisant encore la traînée.


photo prise à Vaires sur Marne


Cette conception unique dans le monde du dériveur associe

  • la stabilité initiale élevée d’un catamaran, et donc une bonne vitesse
  • la sensibilité de barre caractéristique d’un monocoque bien équilibré
  • une bonne redressabilité

 

Associée à une dérive lestée (34 kg), cette carène donne donc à l’Albatros :

  • une surface mouillée réduite lorsque la carène gîte,
  • pas de traînée
  • la capacité à porter beaucoup de voilure
  • beaucoup de place dans le cockpit
 

Une mise en oeuvre simple et rapide :
Tout a été pensé pour réduire le temps passé à préparer le bateau à terre :

  • la légèreté du mât en carbone rend le gréément facile et sûr
  • l’accastillage simple et performant est rapideà mettre en place
  • la dérive lestée pivotante ne nécessite pas de manutention lourde


Voilure

Grâce à sa grande stabilité, l’Albatros porte une voilure importante

- grand-voile lattée avec une corne importante
- foc sur enrouleur pour faciliter les manoeuvres de départ et d’arrivée
- spi assymétrique sur emmagasineur
- bout-dehors rétractable

Le mât est un tube de carbone étanche, soutenu par des haubans textile (All Black de chez Cousin)

La stabilité de la carène permet de ne pas utiliser de trapèzes.
Au rappel, l’équipage s’assoit simplement sur les deux grands caissons de cockpit qui donnent une assise confortable et une position ergonomique. Il a le choix de se caler en utilisant les sangles de rappel, ou en s’appuyant sur le support de safran et de dérive, et le cale-pied central.
.

Il est possible de gréer l'Albatros en cat-boat pour navigher seul.
Une autre position pour le mât, plus en avant, est prévue.


photo prise à Vaires sur Marne

Pont

Un plan de pont simple et clair :
L’Albatros offre à son équipage un espace large et dégagé, où l’on est tout de suite à l’aise :

pont


image HJH
  • les manœuvres sont regroupées sur une console derrière la dérive
  • deux sangles sont disposées sur toute la longueur du cockpit
  • à l’avant se trouvent les accrochages du mouillage, des éléments de sécurité, d’un bidon étanche, le tout situé au besoin sous un petit pontage en option.

 

L’Albatros est largement ouvert à l’arrière : le cockpit est autovideur.
L’écoute de grand voile revient au pied du barreur.
Les autres écoutes et les manœuvres sont toutes groupées sur une console centrale : écoutes de foc, enroulement du foc,  drisse de spi, enrouleur de spi, sortie du tangon, amure de spi, la drisse de relevage de la dérive, drisse de maintien en position basse pour la sécurité.
La drisse de grand voile est au pied du mât.
Une sangle de chaque côté est maintenue à 5 cm du pont par un tendeur pour glisser facilement les pieds dessous.

Un antidérapant sortant du moulage est inscrit dans le fond du cockpit et légèrement  sur les bancs.
Le dessin de cet anti-dérapant figure des plumes comme celles de l’albatros.
Le foc est sur un emmagasineur.
Le spi est soit envoyé sur drisse, soit monté sur emmagasineur.
La grand voile est hissée par une drisse qui redescend dans la gorge du mât.

Des poignées à l’avant et à l’arrière permettent de porter le bateau à 3 ou 4 personnes
 (125 kg environ).
Un chariot de mise à l’eau est proposé doublé d’un porte-char qui porte le chariot surmonté du bateau ou un remorque de route pouvant aller dans l’eau.

 

Construction


Le bateau est construit en trois parties :  la coque, une structure, un pont.
Les trois parties, en stratifié monolithique, sont assemblées par collage.

                                                                                                               
image HJH

Cette disposition donne une grande légèreté, une grande rigidité globale et locale.
La peau est mise en œuvre sous presse par la société SOTIRA, spécialiste du composite pour l’automobile.

Les pièces sont en stratifié monolytique :

  • La peau de l ‘Albatros (pont et coque)  est en stratifié carbone et vinyleste. Cette matière est moulée à chaud, à 80° sous pression dans un moule femelle avec un poinçon
  • La structure  est en verre-polyester.

Le moule est chauffé et refroidi par un réseau de tubes irrigant  de l’huile.
Ces moules sont situés sur une presse hydraulique.
La couleur de la résine est dans la masse.

 

Des essais de vieillissement, de résistance aux UV , à l’agression sous atmosphère marine, ont été réalisés.

Tout ce travail de mise en œuvre est fait par
SOTIRA COMPOSITES à Meslay du Maine et à Pouancé.

Le travail est plus sain et permet une bonne productivité.

La production importante possible, la productivité de la mise en œuvre, permettent une grande ambition à l’exportation donc une diffusion large.                 

Dérive  -  lest

La dérive est elle aussi réalisée en stratifié thermoformé (Twintex de chez Hacoma) avec un noyau en plomb de 31 kg intégré. Repliée sous le bateau, elle protège la coque lors des échouages sur la plage.
Les tissus de drapage font tout le tour du  profil pour garantir la meilleure solidité.

La dérive est orientable pour rattraper à la gite le désaxement du bateau
Cette orientation est automatique dérive basse.
Elle revient dans l’axe au portant en la relevant légèrement.

Un système de blocage permet de maintenir  la dérive en position basse en cas de très grande gite.
Par contre, en cas d’échouement, sous un grand effort, la dérive se relève.
Derive et gouvernail sont moulés par Hacoma.                                                            

Le gouvernail

La pelle du gouvernail est fabriquée comme le lest, avec une peau en twintex (verre polypropylène), l’intérieur est en mousse.
Elle est tenue dans un boitier aluminium disymétrique avec une seule face qui donne un allégement de 30% et une solidité plus grande (Damade).
Des vis en nylon de rattrapage assurent une bonne tenue latérale.
La pelle de gouvernail a 3 trois  positions de base :

  • en bas,
  • au ras de la flottaison pour atterrissage  et démarrage,
  • relevée complètement.

positions assurées par un tendeur et un bout de commande.

En cas d’échouement, en cas d’atterrissage, le gouvernail maintenu par le tendeur se relève seul.

Les aiguillots sont moulés sur la pièce alu.
Les fémelots sont moulés dans la coque.

Des paliers en nylon font la liaison entre fémelot et aiguillots.


Le gouvernail est constitué d’un casque en aluminium et un safran pivotant en stratifié thermoformé (twintex).

La mature

 

 

 

Le mât et la bôme  sont un tube  Ø 60, en carbone pultrudé par EPSILON,
avec des fibres à 0° et des fibres à ± 45°.
Une gorge en PVC est recollée sur le profil (3D profil).
Des pièces en Nylon injecté sont également  collées pour :

  • la tête de mât
  • la prise d’étai et de  haubans
  • le pied de mât et le sabot sur le pont
  • le vit de mulet assuré par une fourche.

Cette solution assure un faible poids et une grande résistance.
Les pièces sont injectées par ERPRO, en France, sur des moules fabriqués
en imprimante 3D.C’est une solution d’avenir.

 

Mise à leau

Un petit chariot de mise à l’eau est proposé en option.
Il permet de sortir le bateau facilement de l’eau, lest relevé.


Ce chariot ne permet pas de prendre la route.


Une remorque de route non freinée est proposée, 2 options possibles :

  • La  remorque porte char : le chariot de mise à l’eau supporte le bateau.
  • La remorque de route va dans l’eau

 

remorque

Déploiement de la voilure et de la mature

Un pied de mât articulé permet de  lever et de mettre en place le mât.
Le mât est tenu par 2 haubans et par le foc sur enrouleur.
La GV lattée est envoyée avec une drisse.
Le foc est déployé en tirant sur les écoutes.

 

Albatros : petit bateau, grandes ambitions

Nous avons en France la chance de bénéficier d’un environnement de haut niveau et d’une expérience de plus de 60 ans dans le développement de la voile moderne. La conception des architectes, la recherche de l’industrie chimique, la construction efficace des chantiers, le dynamisme des clubs et des écoles  de voile, le développement des ports de plaisance, tous y ont contribué.

Ils nous permettent aujourd’hui d’exporter des produits innovants, motivants, de hautes  technologies, d’un prix concurrentiel dans l’ensemble du monde.

Au delà des marchés matures d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord, l’Albatros veut contribuer au développement de la voile légère dans les pays de l’Europe de l’Est et dans les pays émergents.


Produire en France


L’Albatros est produit en France. Plutôt que de chercher des économies en fabricant le bateau dans un pays à bas coût de main-d’oeuvre, nous misons sur l’intelligence de sa conception, le savoir-faire et la productivité de nos partenaires pour être compétitif au niveau international.

Vendre en France, en Europe et dans le monde entier

Pour faire de l’Albatros un succès et justifier un investissement important, nous devons viser dès le départ l’ensemble du marché en France, en Europe et dans le monde entier.
Notre stratégie de développement sera adapté à chaque marché, en tenant compte du niveau de développement général du pays et de l’activité voile légère en particulier.

France, Europe de l’Ouest et du Nord :


Ces pays ont une pratique de la voile légère bien développée, s’appuyant sur un réseau de clubs et écoles de voile. Nous proposons à certaines de ces structures de devenir des “Clubs Albatros”, qui disposeront de bateaux afin d’accueillir les pratiquants, débutants ou confirmés, pour leur faire découvrir la voile et l’Albatros.
La distribution des bateaux fera appel à un circuit court, utilisant au maximum l’Internet et les plateformes logistiques modernes ainsi que des points Albatros qui pourront offrir un service de livraison, de préparation et de mise en main.

Europe de l’Est, Etats-Unis :

Pour tenir compte au mieux de l’étendue de ces pays et de leurs spécificités, nous allons développer un réseau de commercialisation et distribution, en nous appuyant sur des acteurs professionnels connaissant bien leur marché.
Pour l'Europe de l'Est et l'Europe Centrale, afin d'être pllus près des marchés, nous avons passé une license à un constructeur polonais "Das Yacht".


Pays émergeants :

Pour chaque pays, nous allons construire un partenariat avec une structure intéressée au développement de la voile légère dans son pays. A ces partenaires, nous apporterons des solutions complètes, avec non seulement des bateaux, mais aussi l’infrastructure d’une école de voile, la formation de leurs moniteurs, une assistance technique.

Sécurité

Stable et tolérant, l’Albatros   est auto-redressable grâce à la légèreté de sa coque, de son mât carbone et à la dérive lestée

le cockpit de l’Albatros est entièrement ouvert et auto-videur
construit avec des matériaux résistants, l’Albatros est solide et insubmersible

 

conseillé de 8 à 88 ans ....

 

Pour plus d'informations : albatros@finot.com

L'Albatros est au salon nautique 2015 de Paris : Hall 1, H 42

Comment acheter le bateau ?

Pour acheter l'Albatros, il suffit de remplir le bon de commande où figurent toutes les informations.
N'hésitez pas à appeler ou envoyer un mail : albatros@finot.com pour connaître les délais.




Pour plus d'informations :
albatrossailing.fr

newsletter

.