Novembre 2000

Limite d'utilisation des bateaux Open pour les ballasts et les quilles mobiles

Les bateaux évoluent, sont de plus en plus stables, de plus en plus solides, de plus en plus rapides.

Jusqu'à présent, les bateaux de haute mer avaient une vitesse limitée : l'énergie cinétique du bateau en déplacement était de la même importance que l'énergie nécessaire au chavirage ;

après un départ brutal au lof ou à l'abattée il se couchait.

 

Les bateaux modernes qui ont des ballasts et une quille mobile ont beaucoup augmenté de vitesse, donc l'énergie cinétique devient très importante. De plus, leur courbe de stabilité devient dissymétrique.

Lorsqu'ils partent au lof, ils s'arrêtent comme précédemment car la stabilité a augmenté parallèlement à l'énergie cinétique.
Par contre, lorsqu'il part à l'abattée, cela devient plus dangereux. Leur énergie cinétique est devenue très importante mais, parallèlement, l'énergie pour chavirer sous le vent est beaucoup plus faible (car de ce côté la stabilité a diminué).

Dans le cas de la quille mobile, c'est encore plus délicat car, dans cette position, la quille inclinée au vent devient verticale sous le vent et facilite le chavirage en bloquant le mouvement du bateau.

 

Dans la plupart des cas, après un empannage le bateau s'arrête. Mais il faut avoir conscience que si le pilote devient fou, il provoque une réaction très brutale et le bateau peut effectivement chavirer sur sa vitesse propre (ceci malgré l'augmentation de stabilité que l'on a fait récemment sur les bateaux), comme une voiture dans laquelle on tourne le volant rapidement.

Après un tel accident, le bateau a les capacités de revenir à l'endroit mais cela reste très dangereux pour l'équipage qui est sur le pont.

Les bateaux modernes ont des nouvelles possibilités, on peut naviguer mieux et plus vite mais il faut rester vigilant et avoir conscience des nouvelles limites et des nouveaux dangers.  

 

 

 

 

Page d'accueil/Home page: www.finot.com