Jouy-en-Josas,  le 27 septembre 1999

 

Le tirant d’eau

- Un faible tirant d’eau est un facteur de facilité pour le mouillage.
- Un fort tirant d’eau rend le bateau plus sûr, plus rapide.

Il convient de trouver pour chaque utilisateur le meilleur équilibre, mais chaque solution a ses limites.

 

Augmenter le tirant d’eau :
         - diminue le volume du lest près de la coque > le bateau est plus stable au portant
         - abaisse le centre de gravité
        -  donne un meilleur plan de dérive > au près il remonte mieux au vent

 

Lorsque l’on réduit le tirant d’eau, les qualités du bateau diminuent progressivement et se dégradent brutalement en particulier avec le vent, la gîte et la mer. En fonction de la taille du bateau et à partir d’une certaine force de vent et de vagues, le bateau devient incapable de remonter au vent, de manœuvrer ; il devient dangereux.
Il ne faut donc pas construire ou acheter des bateaux en dessous d’un certain tirant d’eau.

 

Exemples :

Fig 1 : remontée au près en fonction du tirant d’eau
Fig 2 : tirant d’eau en fonction du type de bateau et de la taille

fig1pe.gif (10857 octets)fig2pe.gif (10706 octets)

Fig 1  et  2                     

Il est plus simple d’avoir un lest fixe, mais on peut établir une limite en dessous de laquelle il ne faut pas rogner le tirant d’eau.

 

Pour échapper au lest fixe et diminuer le tirant d’eau, il y a d’autres solutions :

> Le dériveur lesté
On conserve un centre de gravité suffisamment bas avec l’augmentation du poids du lest .
On garde des performances acceptables grâce à la dérive
mais l’usage et l’entretien du bateau sont plus délicats.

> Le bateau à quille relevable
qui concilie un centre de gravité bas et un bon plan de dérive.

- La quille pivotante permet de bien absorber les chocs.
- La quille coulissante donne un centre de gravité très bas.

Ces deux solutions sont encore plus difficiles à construire et à maintenir que le dériveur lesté et donc que le quillard.

> Le bi-quille
Jusqu’ici, ce sont des bateaux qui ont des performances moyennes.
Actuellement, on fait des recherches pour améliorer et valider ce type d’appendices.

 

 

Jean-Marie Finot

 

 

Page d'accueil/Home page: www.finot.com