Mars 2000, Antibes

1er test de redressablilité à 180° sur un de nos 60'Open

 

Bien que l'on ne puisse pas complètement éviter que les bateaux se retournent, on s'est donné pour objectif de vérifier grandeur nature qu'avec une action simple, l'équipage puisse redresser un 60 pieds, démâté, en eau plate.

Ceci sachant que:
- en eau plate le bateau se redresse plus difficilement qu'en mer agitée
- le mât étanche rend l'opération encore plus facile.(quand le bateau n'est pas démâté)

Etant à l'origine de ce test, nous encourageons les coureurs depuis trois ans déjà à le réaliser. Ce test est une étape relativement simple et facile comparée à un projet tel qu'un tour du monde en solitaire et face aux risques encourus.

Doucement l'idée a fait son chemin puis les coureurs ont intégré ce test dans le règlement IMOCA.

Malgré un encouragement répété de notre part auprès de nos coureurs, c'est Catherine Chabaud qui fut la première à le réaliser. Puis ce fut le tour de Roland Jourdain, puis de Elen MacArthur. Tous les trois avec des bateaux à quille mobile.

 

 

Enfin, le 23 Mars dernier, le test est mis en place par un de nos coureurs, Dominique Wavre. Son monocoque Union Bancaire Privée (ex-Swiss One) est à quille fixe et ballasts.

Dans ce cas la mise en œuvre est un peu plus compliquée et plus longue. Dans le cas d'un quille mobile, le redressement est provoqué par le basculement de la quille après ouverture d'une vanne hydraulique. Dans le cas d'un bateau à ballast l'effet du ballast a la même efficacité de désaxement que la quille mais il est nécessaire de les remplir avec une pompe.

 

Dominique Wavre illustre les différentes étapes de ce test:

    1 - retournement du bateau à l'aide d'une grue et d'une sangle autour du bulbe
    2 - remplissage d'un des ballast par le skipper à bord
    3 - inclinaison lente puis redressement rapide du bateau à partir de 16° de gîte.

grue1.jpg (20634 octets)

 

Déroulement du test

Le test s'est déroulé en public, a été filmé par les médias.
L'opération a été un peu longue à cause d'un problème d'évacuation d'air (conséquence de cette position inhabituelle).

Après une petite heure de bricolage, qui permit de remplir les ballasts, le bateau s'est incliné à 16° puis d'un coup a basculé.

 

 

Au préalable, la conception du bateau, des mesures permettant de vérifier la position du centre de gravité et des simulations sur le logiciel de stabilité "BHS" (distribué par Design System, Antibes) avaient permis de s'assurer des chances de succès de l'opération.

Ce test est la preuve de la capacité de redressabilité du bateau. Mais surtout il a permis de faire prendre conscience au skipper et à toute l'équipe des problèmes provoqués par la position inversée. Il met en évidence les problèmes pratiques à résoudre.

Il permet de faire progresser la sécurité.

 

Pascal Conq 


grue2.jpg (15179 octets)

ventre.jpg (18074 octets)

ventre1.jpg (21580 octets)
Photos Pascal Conq

         

 

 

Vous trouverez dans le site une explication sur le test de stabilité à 90° et le test de redressabilité à 180°.

Et également:
Bilan 60'Open:comparatif, fiche descriptive de chaque 60'open, photos
Ecrit/sécurité: nos reflexions sur la sécurités des bateaux

 

 

 

 

Page d'accueil/Home page: www.finot.com